Vendeuse de cacao à Semuc Champey

La petite fille au cacao

18 novembre, Semuc Champey

Semuc Champey est un endroit merveilleux. Hormis la présence de quelques Françaises déplaisantes, de mygales et d’ailleurs de toutes sortes d’araignées possibles inimaginables, l’eau est turquoise, il y a partout des fleurs de cacao, des fleurs rouges, une nature luxuriante. Nous sommes arrivés ici hier soir, vers 18 heures, après une longue route à virages dans un minibus jusqu’à Lancin, et une courte route chaotique à l’arrière d’un pick-up jusqu’à l’hostel El Portal. Nous avons planté notre tente au bord de la rivière pour 30 quetzals, mangé un morceau de cacao pur pour 5 quetzals. Les petites vendeuses de cacao ont les vêtements colorés et le regard triste. Toto, le guide de 23 ans, nous a fait visiter le coin, plonger dans les piscines naturelles. Ici, le personnel se dit 100 % guatémaltèque, fier d’accueillir des étrangers. Léo est le sexy chauffeur de pick-up aux cheveux longs. Toto est le danseur de salsa minuscule aux deux boucles d’oreilles, et je ne connais pas le nom du réceptionniste qui est plutôt amusant et simple. L’endroit est peuplé de personnes de tous les pays heureuses de partager leur expérience du Guatemala avec d’autres voyageurs. La plus intéressante est Victoria, une Brésilienne de 20 ans particulièrement mature et ouverte. Demain, nous prenons le bus de 7 heures pour Antigua.