Le Cambodge fou (ou comment aller de Bangkok à Siem Reap)

5h55. Le train 3ème classe part de Bangkok.
11h45. Arrivée en gare de Aranya Prathet.
Vous n’êtes même pas encore sortis du train que les tuks tuks se pressent aux fenêtres: “hello, border, tuk-tuk?”
11h55. Vous êtes dans un tuk tuk, vous payez 80 bahts pour 2, vous rendez compte plus tard que vous auriez pu n’en payer que 40 (toujours négocier).
12h. Le tuk tuk vous arrête quelque part,vous ne savez pas trop où… On vous propose de faire le visa. Dire non. Dire que vous les avez déjà fait à Bangkok.
Le tuk tuk reprend innocemment sa route et s’arrête trois mètres plus loin, vous demande de descendre: c’est le consulat du Cambodge. Ne pas y aller. Vous rentrez et ils vous proposent un “visa express” qui ne vous coutera que 10 dollars de plus -il n’existe pas de différence entre visa normal et visa express à la frontière cambodgienne, cela n’est valable que pour les visas que vous faites en avance dans les ambassades!
Le tuk tuk reprend sa route. Il est 12h20 et vous êtes (enfin!) à la frontière. Longue file d’attente mais passage rapide pour sortir de la Thaïlande. Vous marchez, remplissez le formulaire de santé (bien sur ne déclarez pas que vous avez la grippe A), arrivez à la douane cambodgienne.
Il est 12h40 et vous sentez que l’énervement vous gagne (et peut-être la faim): deux officiers antipathiques vous tendent des formulaires (jusque là, tout va bien), vous demandent 20 dollars, ou 800 bahts (20 dollars égalent à 700 bahts environ). Vous payez en dollars. Ils  vous demandent un “rab'” de 100 bahts: le fameux visa express. Et en effet, il vous faudra attendre deux minutes de plus pour avoir votre visa: la punition pour ne pas se laisser arnaquer. Un gros panneau indique: visa touristique: 20 usd. Et d’ailleurs, en dessous, il y a aussi écrit: “special visa: gratis”… Qui en bénéficie? Mystère. Pas nous, pas vous. Malgré tout, ils insistent. 100 bahts, 100 bahts. Puis “5 dollars” (quand ils voient que vous avez 5 dollars restants dans le porte monnaie). Puis, devant le refus total de perdre la partie “1 dollar, each one”. Ils vous font patienter encore un peu, et vous repartez avec votre visa. Vous avez gagné.
13h: vous ignorez les rabatteurs, marchez une centaine de mètres jusqu’au bureau suivant, croisant des véhicules de toutes sortes avec des cargaisons impressionnantes (un camion passe avec des paniers et autres articles en osiers, deux motards sur les côtés soutiennent le chargement avec les pieds…), prenez le “free shuttle” qui vous est indiqué par des personnes plus compétentes, à la sortie du tamponnage où la file d’attente, cette fois-ci, est très longue…
Le bus vous conduit à une station très proche. Vous y attendent des taxis et des bus gouvernementaux. 12 dollars jusqu’à Siem Reap pour le premier, 9 pour le second.
Nous choisissons le second, l’ambiance est très étrange et les gens se pressent autour de nous, envahissants, semblent se battre alors qu’ils vendent exactement la même chose! Notre aide depuis la sortie du “tamponnage” bégaye de plus en plus, il n’a pas l’air très net, ou juste un peu fou. L’assistant de notre chauffeur s’avère être encore plus inquiétant, baragouine des incongruités, parle fort, s’énerve et vous touche, tate: “DO YOU HAVE A QUESTION? YOU HAVE A QUESTION?” Il rit fort et pour rien. C’est ça le Cambodge? Des arnaqueurs, des fous?

Il y a encore des efforts à faire pour donner une nouvelle réputation à cette frontière, mais pour ce qui est du reste du Cambodge, nous ignorons encore tout.
17h45, nous sommes à Siem Reap. La ville semble accueillante, nous  marchons de la station de bus (qui n’est pas du tout à l’endroit promis, tout comme les 3 heures de bus promises  transformées en 4 heures 1/2) au centre de la ville, où nous nous installons au Yasmine Lodge, endroit plutôt sympathique. Le long de la route, les gens se montrent moins fous: souriants, saluant, interrogatifs. Je pense qu’il y a du bon!
Mais accrochez vous, ou arrivez par avion!

Résumé pratique:

Bangkok-Aranya Prathet: train de 5h50: 48 baths, 5h30 de trajet environ.
Aranya Prathet-frontière Poipet: tuk tuk: entre 20 et 40 bahts par personnes, 10 minutes
Poipet-tourist bus station: shuttle gratuit, 3 minutes.
Tourist bus station- Siem Reap: gouvernemental bus, 9 dollars, env. 4 heures de trajet.

  1. didouanouchka
    29 avril 2010 à 17 h 43 min

    Butor or not Butor ?

  2. BO
    11 mai 2010 à 12 h 41 min

    le visa gratuit est pour les Cambodgiens immigrés (lors du génocide) et pour leurs enfants. C’est le visa K.

  3. 11 mai 2010 à 12 h 56 min

    Voilà un mystère résolu.

  4. 28 décembre 2010 à 7 h 43 min

    Merci 1000 fois.
    Info super. Merci beaucoup. Je part le 21 sur Bkk. On passera au Cambodge le 25 avec un ami Indonesien. Je lui demanderais de discuter en Indonesien avec les rabateurs de la frontière… je pense qu’on vas rigoler !!!

  5. 11 janvier 2011 à 12 h 34 min

    Contents de voir que ça peut servir.
    Oui je pense que ça sera fun! On a beau s’y préparer, la scène reste ahurissante. Un très bon séjour!

  6. 2 janvier 2013 à 6 h 43 min

    L’arnaque type au passage de la frontière du Cambodge, typique… il est dommage que certains voyageurs continuent à payer ces “suppléments”

  7. Rinka
    3 février 2015 à 10 h 40 min

    Bonjour et merci pour ces précieuse infos ! de quelle gare à Bangkok s’agit-il ?
    Rinka

    1. Ambre Fuentes
      3 février 2015 à 11 h 02 min

      Salut! Pour le nom de la station, je pense que c’est Hualamphong Railway Station à Bangkok. Mais attention, nos infos datent de 2010. J’ai trouvé cet article, un peu plus récent, qui pourrait t’aider : https://getsetandgo.wordpress.com/2012/09/10/travel-from-bangkok-to-aranyaprathet-border-thai-border/ A voir si ça n’a pas changé..