Petit détour en Uruguay

Un pays qui n’était pas prévu dans notre itinéraire principal, pourtant quand on voit la facilité avec laquelle on peut le rejoindre depuis l’argentine, on se dit, pourquoi s’en priver? (cela dit, en y réfléchissant bien je pourrais en trouver). Mais c’est plutôt parce que c’est le plus logique pour nous. A la base nous avions prévu de passer par le brésil directement par Iguazu, mais en réfléchissant bien, nous avons préféré faire une grannnnde boucle de 5800km en voiture sur le modèle suivant :

BsAs (Buenos Aires) – Mendoza
Mendoza- Salta
Salta-Iguazu
Iguazu-BsAs

Évidemment, comme nous n’avons rien prévu, les stops se sont fait un peu n’importe où entre tout ça. Et comme d’habitude, ce sont les endroits desquels on attend le moins qui nous en donnent le plus (par exemple, le match Salta Corrientes, 1-5).

En ce qui concerne Iguaçu et ses chûtes, je pense que les photos parlerons plus que de grands discours. On peut certainement parler du prix exagéré des entrées aux parcs (toujours basé sur le principe de l’égalité – 85 pour les étrangers, 25 pour un national…), mais passons…Nous dirons quand même que le côté argentin à un meilleur rapport qualité prix, mais que les deux se complètent. Le point positif aussi, c’est de croiser nos amis francis et claire, qui débarquent dans le même hôtel que nous(en poncho sous la pluie tropicale), sans même que nous nous soyons concertés… le monde est petit (on s’était quand même mis d’accord sur les dates, le monde est pas petit à se point là non plus :D).

Donc, l’Uruguay. L’une des frontières les mieux organisées depuis le début du voyage. Paf paf! Et on a les deux tampons pour prendre le bateau de Buquebus qui nous mène en une heure (durant laquelle j’ai dormis comme un gros sagouin) à Colonia (del sarmiento). Et là, l’Uruguay nous accueille avec une ville calme, paisible et super jolie. De vieille voitures de collection dans toute la ville, un trafic réduit à sa plus simple expression, une population détendue.
Le hic, c’est que c’est une ville touristique (ho!ça rime …), donc les logement ne sont pas donnés (après l’argentine, ça fait toujours un choc, mais pas pire que Bolivie-Chili), ni les bières d’ailleurs, mais c’est tellement miiignon!

Le petit problème, c’est une fois deplus le changement d’heure…Une heure de plus avec l’Argentine, mais si personne ne nous prévient… bhin on se retrouve à se faire regarder de travers parce qu’on dépasse le check-out de l’hostel en pensant être dans notre droit, et à louper le bus pour Montevideo…
On retombe rapidement sur nos pattes, et prenons le bus de Buquebus un peu plus tard, ouf!

Et maintenant, nous voilà à Montevideo… C’est vrai que nous n’avons pas visité toute la ville, mais disons qu’au premier abord, nous n’avons pas flashé. Nous avons galéré à trouvé un hostel convenable, et chose que nous avons déja pu expérimenter dans d’autres lieux touristico chic, les prix sont en dollars. En payant en pesos uruguayens, on se retrouve à avoir un taux de change défavorable, c’est pas un peu fou ça???

Normalement, si nous ne changeons pas encore nos plans, nous devrions prendre un bus pour le Brésil demain soir. Douze heures pour nous rendre à Porto Alegre, rendre visite à une amie qui a la gentillesse de nous héberger.

En attendant, une visite du mercado del puerto est prévue pour ce soir, et peut être, si on arrive à avoir des places, Alice au pays des merveilles en 3D demain matin!

Ciao Todos!