Des parents porte-bonheur

C’est vrai qu’ils peuvent être encombrants parfois, quand on dit maman non faut pas demander au sdf de nous prendre une photo, non maman faut pas prendre de photos du dealer, non maman faut pas parler en français a quelqu’un qui ne parle pas français, … mais ils sont surtout porteurs de bonheur.

13 fevrier. Mes parents arrivent a Buenos Aires vers 21H. A 22H45, nous attendons devant le café Tortoni. A 23H, le show de tango commence (Nuestro embajador el tango). Un spectacle superbe. Nous sommes au premier rang.Dans la salle, remplie de brésiliens, 4 argentins et 4 français (oui, nous). Papa chante la vie en rose dans le micro, la danseuse a la robe la plus échancrée du monde (ouf elle a au moins 50 ans) invite Loïc a danser sur scène. Ils viennent chaleureusement nous serrer la main.

14 février. Nous passons la Saint Valentin au restaurant cité dans le précédent article, et on nous offre 8 coupes de champagnes avec le dessert.

15 février. Visite approfondie de Buenos Aires, de ses différents quartiers. Danse sur les placettes.

16 février. Visite de la Boca, le quartier le plus contrasté que nous ayons vu. Une tonne de touristes s accumule sur “el Caminito”, morceaux de rues de complètement refaites, tandis qu’ une tonne de déchet parasite l’eau du port et qu’une tonne de pauvreté déborde des rues environnantes. Nous mangeons sur le port côté riche, a Siga la vaca. Nous rions de l’homme a la chemise rose derrière nous, qui ne cesse de nous observer en sirotant son vin. Nous commençons sérieusement à penser qu’il est du FBI. La serveuse vient nous apporter une bouteille de vin rouge. De la part du monsieur de la table derrière, nous dit-elle. Nous sommes interloqués. De retour à sa table, nous le remercions. C’est un marin bosniaque, il nous remercie de lui  avoir offert un si beau spectacle de la famille et de la joie de vivre. Cela lui manque, nous dit-il.
A notre gauche, un jeune brésilien insiste pour nous prendre des photos. Il nous dit qu’il est complètement bourré et qu’il adore cet endroit, même si il y a trop de gens qui font la gueule (je lui explique que c’est parce qu’ils travaillent et que nous non). Il part après avoir bien malaxé mon épaule pendant un quart d’heure.
Il est 17H30 et nous rentrons du restaurant, bien imbibé nous aussi (mais pourquoi tout le monde nous offre de l alcool???)
Demain, nous prenons la route en direction de Mendoza, en espérant rencontrer quelques gauchos sur notre chemins… et en attendant de retrouver la région des vins…

  1. 16 février 2010 à 23 h 35 min

    Oui, ambre oublie aussi de préciser qu’à leur arrivé, l’accueil de l’hostel nous a offert la bouteille de bière.
    Demain pour moi la cure alcoolisée s’arrête puisqu’entre boire ou conduire il faut choisir…

  2. The Family Martinez
    17 février 2010 à 8 h 38 min

    Vous êtes merveilleux sur cette photo 😆 ….

    The Family Martinez

  3. Los craignos Tangueros
    17 février 2010 à 9 h 29 min

    Y bien, es bella la familia. Dorénavant nous savons que la mafia philippa a son quartier général au café Tortoni et que les camemberts présidents ont une drôle d’allure une fois sortis du sac à dos. Pas bête la chanteuse, elle a tout de suite reconnu un mafioso aux dents longues. Avec de telles têtes de trafiquants on ne peut offrir que de l’alcool. tenga cuidado de no invadir sobre llanas fajas de la familia Mendoza (attention à ne pas concurrencer la famille Mendoza).

  4. rodriguééé....ze
    17 février 2010 à 12 h 57 min

    Quel bonheur de vous savoir (et de vous voir) réunis…pour les parents sédentaires (et contraints de l’être) que nous sommes, nous avons pris conscience d’un sentiment étrange depuis l’arrivée des fifis au pays ou repose Carlos GARDEL.
    En fait il faut se rendre à l’évidence, nous sommes rassurés de vous savoir en compagnie des parents porte-bonheur comme les a baptisés Ambre, même si en toute objectivité, vous nous avez bien démontré que vous n’êtes plus des oursons, mais bon….tout ça pour dire que nous profitons aussi à notre façon de cette parenthèse dans votre périple.
    Votre bonheur est très contagieux……
    Une petite question…..
    Est-ce bien raisonnable d’avoir choisi l’époque de la prohibition pour la photo, compte tenu du parcours fortement alcoolisé qui est le votre? hum?
    Toujours est il que vous êtes superbes avec vos tenus, vos porte-cigarettes et vos Thomson à camenbert de 1928,si je ne m’abuse, qui était l’ arme favorite de d’al capone et même d’HELIOT NESS? le célèbre policier incorruptible….(à ne pas confondre avec PELOT FESS, qui a connu son heure de gloire comme acteur dans une certaine catégorie de film).
    Mais je m’égare…..et encore je vous laisse imaginer ce que j’aurais pu faire avec AL CAPONE, (fastoch)
    Nous vous embrassons bien forts à tous les quatre, profitez à fond pour tous vos fans….
    à bientôt.

    Rodriguééé ze

  5. 17 février 2010 à 13 h 25 min

    merci vos commentaires sont formidables!
    Heureuse de retrouver a nouveau les Rodriguéééz sur le blog… (Il aura donc fallu envoyer mes parents jusqu a Buenos Aires??;-D)

  6. segard catherine
    17 février 2010 à 21 h 38 min

    alors Anne, cela valait bien la peine de flipper un peu en avion, non?
    nous avons beaucoup pensé à vous pendant votre voyage, puis la St valentin nous a occupé l’esprit et enmenés loin de vous!
    ce soir nous avons lu vos commentaires avec bonheur,sourire et envie.
    Le voyage commence sur les chapeaux de roue! on attend la suite. Notre petit fils commun se porte bien, même s’il n’est pas autorisé à partager notre couche, nous le gâtons, il a même le droit de monter sur la table!
    à bientôt pour d’autres nouvelles
    biz à vous quatre
    catherine

  7. huguin
    22 février 2010 à 12 h 11 min

    franchement la photo on s’y croirait un air de famille avec
    B et C.Delon n’aurait pas fait mieux.
    A bientôt Bises J.F.

  8. Lionnel
    23 février 2010 à 16 h 40 min

    Mais? C’est vous sur la photo (avec les parents, je suppose^^)? Je n’avais pas prêté attention aux visages. Cette photo -à l’air “d’antan” très réussi- a une histoire qui doit être racontée!